lundi 30 septembre 2013

Étoffer un personnage (3)

Un personnage, pour être intéressant, ne peut pas se limiter au strict minimum, il doit avoir un petit quelque chose de plus. Il doit nous donner l’envie d’en savoir plus sur lui, de prendre pour lui ou contre lui lors des épreuves amenées par l’intrigue.

Pour approfondir un personnage, nous pouvons utiliser la description, l’intrigue ou les lieux. Les deux premières ont déjà été discutées dans des billets précédents, maintenant, voyons comment les lieux peuvent enrichir un personnage.

Cette catégorie se divise en deux :

1. L’espace :

L’espace dans lequel se déroule le récit, c’est le lieu physique. Ce qui le meuble, ce sont les « outils » qui sont mis à la disposition du personnage pour résoudre l’intrigue. La façon dont un personnage habite les lieux peut être très révélatrice. Habite-t-il une mégapole alors qu’il fréquente toujours les trois mêmes endroits ? Habite-t-il à la campagne même s’il souffre d’allergie au pollen ? A-t-il organisé lui-même son espace de vie ou laisse-t-il un autre personnage tout organiser à sa place ? Sa cuisine est-elle rangée ou en désordre ?

2. Le temps :

Le temps dans lequel se déroule le récit, c’est le lieu social. Ce dernier est important, car il déterminera si les opinions du personnage sont originales ou non. Il comprend les traditions, le mode d’organisation politique et sociale, les règles de relation entre les gens, le statut social, les croyances, etc.

Le personnage se définit par rapport au milieu. Des personnages identiques par leur description seront perçus différemment par leur entourage et par la société selon le temps dans lequel ils évoluent. Leurs réactions et leurs possibilités d’action seront aussi restreintes par ce temps. Ainsi, un juge contemporain ne condamnerait pas un meurtrier à être décapité devant l’hôtel de ville d’une mégapole nord-américaine.


Le temps et l’espace permettent donc de peaufiner la description d’un personnage parce qu’ils déterminent où se situe un personnage par rapport aux gens de la société dans laquelle il évolue, mais aussi parce qu’ils servent de cadre pour juger des actions (cruelle, empathique, bonnes, mauvaises, etc.) des personnages.


Caroline



Aucun commentaire:

Publier un commentaire